Le Bazar et la Nécessité (Tonton sème le doute) - Samuel Sutra

Publié le par Jean Dewilde

Le Bazar et la Nécessité (Tonton sème le doute) - Samuel Sutra

J’ai découvert Samuel grâce à son superbe et magnifique roman et polar Kind of Black qui fait partie de la sélection du Balai d’Or 2014. Je remercie Richard, notre concierge masqué, d’avoir eu l’indispensable intuition d’intégrer ce titre dans la sélection.

Dans ma grande ignorance, j’écrivais dans ma chronique que, sauf erreur de ma part, il s’agissait du premier roman de l’auteur. Dans l’erreur j’étais. Je ne connaissais pas les aventures de Tonton. Pour celles et ceux qui auraient tendance à s’indigner tout bas ou tout haut en s’écriant un truc dans le genre : « Comment est-ce possible ? », je leur rétorque béatement que je ne m’appelle pas Jean Pic de la Mirandole. Et qui c’est qui va aller pianoter sur le net pour voir qui c’est, ce Pic ? Ceux qui s’indignent évidemment. J’aime cette mise au point.

Je me suis donc offert le dernier né des Tonton paru chez Flamant Noir, une toute nouvelle maison d’édition à laquelle je souhaite de tout cœur une très longue vie. Un clin d’œil à sa charmante directrice, Nathalie, capable de soulever des montagnes – ça, tout le monde sait le faire – mais surtout de les tenir à bout de bras et ça, c’est une autre paire de manches.

Je découvre donc Tonton dont le véritable patronyme est Aimé Duçon, un virtuose de la truande, un authentique artiste du haut vol, un maestro du braquage. Réaliser un coup « à la Tonton » assure à son auteur une montée en flèche dans le hit-parade des bandits et malfrats de tout poil. Et pourtant, Tonton va recevoir un grand coup sur la tête. Il apprend qu’il est le géniteur d’un gamin d’une trentaine d’années ; il en pleurerait, notre Tonton. Il est soudainement papa. Il aimerait sans délai serrer ce petit miracle dans ses bras sauf que…Ce petit miracle pense, lui, à serrer son Tonton tout court. Tonton est certes offusqué – la truanderie n’est-elle pas héréditaire ? – mais surtout triste et affligé que son petit à lui ait choisi le mauvais camp. A charge pour Tonton de faire l’éducation de son rejeton, malgré lui.

Vous comprendrez aisément que je ne peux vous en dire plus sur cette drôle d’histoire. Et drôle, elle l’est, je vous l’assure. L’intrigue est habile, astucieuse et parfaitement ficelée, normal, c’est Tonton à la baguette. Et une baguette est bien nécessaire pour tirer le meilleur du pire de sa bande de bras cassés. On est très loin du siècle des lumières et des frères du même nom.

Raconter une bonne blague, c’est une chose. Écrire un roman drôle et intelligent en est une autre. Maintenir sans faiblir le comique tout au long des 176 pages que comporte l’ouvrage est un authentique tour de force. Les scènes sont aussi très visuelles, chacun pourra laisser cours à sa libre imagination, fertile et débridée.

Vous qui connaissez Tonton ou qui ne le connaissez pas encore, vous allez aimer ce nouvel opus. La préface est écrite par Patrice Dard, fils de Frédéric Dard, père du célébrissime commissaire Antoine San-Antonio. Que puis-je ajouter ? Allez, pour la route, une petite phrase de Tonton : « Je sais tellement de choses sur les autres que j’ai l’impression de vivre leur vie à leur place ».

Irrésistible, non ?

Le Bazar et la Nécessité (Tonton sème le doute)

Samuel Sutra

Éditions Flamant Noir 2014

Publié dans Le noir français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Je l'ai terminé tout récemment et c'est tout à fait ça ;-). Dingue, on dirait bien qu'on a lu le même bouquin et rencontré le même tonton !
Répondre
J
Salut Gruz,<br /> <br /> C'est notre tonton à tous, unique et universel. J'aime ce membre de ma famille que je découvre sur le tard. Amitiés.
L
je vais encore me faire taper sur les doigts par mon concierge car je n'ai pas encore lu et donc découvert cet auteur avec lequel j'ai pourtant parfois des contacts ! Mais si tu me dis que ce tonton là est plutôt attachant, je vais tacher de m'y intéresser, moi j'aime les grandes familles! :)
Répondre
J
Bonjour Bruno,<br /> <br /> Crois-moi, attachant, il l'est. C'est mon premier Tonton. Je ne connaissais pas Samuel avant son &quot;Kind of Black&quot;, bien plus qu'un polar que Pierre et moi avons aimé sans retenue. Tu peux voir nos chroniques respectives, si le cœur t'en dit. Amitiés.