Djebel - Gilles Vincent

Publié le par Jean Dewilde

Djebel - Gilles Vincent

Quatrième de couverture

Mars 1960 en Kabylie, le jeune appelé Antoine Berthier achève à l'aube sa dernière garde avant d'être libéré et pouvoir enfin retrouver ses parents et sa soeur jumelle qui l'attendent sur le continent. Quelques jours plus tard, sans aucune explication, il se donne la mort sur le bateau du retour. En septembre 2001, on découvre à Marseille, les corps sans vie de plusieurs de ses anciens compagnons d'armes. Très vite, Aïcha Sadia, jeune femme d'origine kabyle, aujourd'hui commissaire, et Sébastien Touraine, ex-flic à la dérive, désormais détective, vont remonter les traces de l'Histoire... Entre les errances d'alors et les rancoeurs d'aujourd'hui, ils vont découvrir que des deux côtés de la Méditerranée les mémoires saignent encore...

Djebel : montagne ou massif montagneux

Il est difficile, voire impossible de ne pas plonger dans ce polar à corps perdu. La raison principale réside sans aucun doute dans le fait que l’intrigue trouve sa source dans un événement sordide survenu en Algérie dont les conséquences vont frapper quarante ans plus tard un certain nombre d’officiers et de sous-officiers français. Quand on sait l’horreur indicible des exactions commises par les deux camps, cette histoire est d’une très grande crédibilité.

Dans un premier temps, nous suivons Sébastien Touraine, ex-commissaire reconverti en privé. Les personnes dont il a mission de retrouver la trace et de recueillir les témoignages ont en commun qu’elles se présentent à l’état de cadavre lorsqu’il les a localisées. Morts accidentelles ou accidents provoqué ? Le doute ne planera pas longtemps.

Et quand les flics trouvent Touraine dans une chambre d’hôtel en pleine fouille de la piaule et un cadavre de femme supplicié dans la baignoire, ils sont convaincus de tenir le meurtrier. Interrogé par Aïcha Sadia, jeune commissaire brillante, déterminée et tenace, Touraine aura vite fait de prouver que non seulement il n’est pour rien dans ces meurtres mais aussi qu’il peut grandement contribuer à leur élucidation.

Si la commissaire aime par-dessus tout s’appuyer sur les faits, rien que les faits, Touraine est un homme qui a développé un sens aigu de l’intuition. Il a même élaboré un théorème dont je serais bien mal inspiré de vous parler ici.

En quoi ce polar est-il une réussite absolue ? L’intrigue est remarquable et intelligente en diable. Ce bouquin se lit quasiment d’une traite tant il est difficile de le refermer (restez proches du poêlon dans lequel vous faites chauffer du lait…caribou vite). C’est fait, j’ai placé le mot que je m’étais imposé.

En réalité, aucun des personnages n’a de temps à perdre ; qu’ils soient du bon ou du mauvais côté de la dune, le temps presse. Je ne prendrai pas davantage de votre temps. Faites-vous plaisir : ruez-vous chez votre libraire ou extirpez toutes affaires cessantes Djebel de votre pile à lire : ce polar est juste génial !

Djebel Gilles Vincent

Éditions Jigal (mai 2013)

256 pages

Publié dans Le noir français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
moi je suius fan de Gilles VIncent ! je ne peux donc dire que du bien de ce roman !!!! :))
Répondre
J
Hé, voilà la petite souris pour laquelle j'ai croisé et croise toujours les doigts. C'est plus sûr que d'allumer un cierge, ça peut s'éteindre, ces saloperies. Il est hautement probable que je lise l'ensemble des romans de cet auteur que je découvre. Un telle qualité est rare. La bise.
C
Mais quel bonheur de lire cette chronique mon cher Jean ... Ce livre a été ma première fois avec l'auteur et elle a été un coup de foudre littéraire -que j'ai chroniqué l'année dernière d'ailleurs- ... Un auteur de talent, dont je parle dès que j'en ai l'occasion ! :D Amitiés ...
Répondre
J
Coucou Carine,<br /> Je t'avoue que j'ai eu étrangement du mal à écrire cette chronique. J'avais juste envie de dire: LISEZ ! Mais c'était un peu court comme argumentaire. Il est certain que si le prochain roman de Gilles Vincent me plaît autant, je deviendrai un vrai fan. Bises.
V
Mon bon Jean, que voilà une chronique finement ciselée. Ce livre est dans ma pal depuis peu, et il ne va pas tarder à en sortir, vu la réputation que tu lui fais. j'aime beaucoup le travail de Gilles Vincent en général. Le dernier que j'ai lu, &quot;Beso de la muerte&quot; était aussi de très bonne facture.
Répondre
J
Mon cher Vincent,<br /> <br /> Je mets ma main au feu que tu vas apprécier &quot;Djebel&quot; à sa juste valeur. Un polar au-dessus du lot, par l'intrigue, la qualité de l'écriture, la densité des personnages. Quant à moi, &quot;Beso de la muerte&quot; ne va pas tarder à venir combler les quelques espaces encore disponibles dans mes rayonnages, celui-là et d'autres. Une révélation ! Amitiés.
G
On a le droit de t'imposer des mots aussi pour la prochaine chronique ? ;-)<br /> Il me reste à lire ce bouquin, j'ai découvert Vincent avec son dernier en date et c'est un avis qui va me convaincre encore que c'est un auteur à suivre de près
Répondre
J
Coucou Gruz,<br /> Je fais la connaissance de Gilles Vincent au travers de ce titre. Mais tous les feux sont au vert pour que je lise ses autres romans dans un avenir pas trop lointain. Pour les mots imposés, je m'en charge moi-même. Amitiés.