Poubelle's Girls - Jeanne Desaubry

Publié le par Jean Dewilde

Poubelle's Girls - Jeanne Desaubry

Voilà un roman qui nous sort résolument des sentiers battus et ce n’est à coup sûr pas un « polar » que l’on est prêt d’oublier. La couverture à elle seule donne envie de plonger dans l’intrigue.

Élizabeth élève seule son ado de fils Mathis ; elle n’a pas de boulot fixe, travaille de gauche à droite, petits boulots de ci, de là, petits boulots mais boulots usant, éreintants, mal payés pour des employeurs qui ne connaissent pas le mot « reconnaissance » ou simplement ne savent pas ce que « merci » veut dire.

Au Pôle emploi d’un arrondissement parisien, elle rencontre Paloma, une femme en fin de droits et à la corpulence impressionnante. Paloma squatte depuis un bout de temps les halls de gare et les bancs publics. Pas d’un abord facile, la grosse. Et quand Élisabeth lui propose de loger dans une vieille caravane déglinguée, la réponse fuse, jaillit :

« Tu veux quoi en échange ?

Élisabeth secoue la tête. Rien, elle ne veut rien. Rendre service à plus mal barrée qu’elle. L’autre, avec ses galères, c’est elle, en pire. Oui, ça pourrait être elle, en pire. Oui, ça pourrait être elle, avec encore un peu moins de pot. Oui, elle, dans un an demain. Une femme comme elle, en galère, comme elle. Comme elle. »

De l’autre côté de Paris, Blanche, mariée à Pierre, avocat, ne pense plus qu’à une chose : tuer son mari volage. Pas par jalousie, oh non ! Question d’orgueil, plutôt. Évidemment, cela doit impérativement passer pour un accident ou, à la limite, s’il n’y a pas moyen de faire autrement, pour un crime passionnel.

Le destin fera en sorte que les trois femmes se retrouvent dans des circonstances particulières et sous haute tension. Je ne peux décemment vous en vous dire plus sans vous en dévoiler trop.

Certains pourraient juger l’intrigue peu crédible, le dénouement farfelu, bref, un polar sans intérêt qui ne tient pas la route si l’on s’en tient à la stricte logique policière. Comme indiqué sur la couverture « Roman policier mais pas que… », l’auteur nous confronte à tout autre chose : les vies qui basculent pour un rien, pour un assentiment chuchoté ou une dénégation inaudible, un oui susurré ou un non murmuré. Est-ce à dire que nous pourrions être Paloma, Blanche ou Élisabeth ? Probablement un peu des trois : un mélange d’explosivité et d’impétuosité, de calcul, de froideur, d’indécision, de timidité. Toutes trois revendiquent une existence un peu meilleure, rien d’autre. Ce qu’elles ont en commun, ces trois femmes, c’est tout simplement l’espoir d’échapper à une vie qui ne leur a fait aucun cadeau et qui, au contraire, les enfonce de jour en jour dans le cloaque de l’indifférence, dans les sables mouvants de l’oubli. Ne jugez pas, le destin s’en charge.

Les dernières pages du livre sont belles à mourir.

Poubelle’s Girls

Jeanne Desaubry

Éditions Lajouanie (6 juin 2014)

240 pages

Publié dans polars français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Un travail de fou 19/07/2014 11:03

Voilà un roman qui va bientôt finir dans ma bibliothèque!

Jean (jackisbackagain) 19/07/2014 12:58

Voilà une sage décision, le mieux étant de le lire avant qu'il n'échoue dans tes rayonnages. Amitiés.

Lajouanie 15/07/2014 10:32

Merci de cet intéressant et beau papier. Nous avons visiblement eu autant de plaisir à éditer Jeanne que vous à la lire. Jean-Charles Lajouanie

Jean (jackisbackagain) 15/07/2014 14:37

C'est donc un plaisir multiple. Et je vous remercie de ce petit mot qui me ravit. Amitiés.

Jeanne 15/07/2014 09:14

Pour un auteur, lire de tels commentaires fait partie des bons, des très bons moments de la vie.
Il est bien difficile d'y répondre. Que mes "girls" aient trouvé le chemin du cœur des lecteurs n'a pas de prix.
Alors, tout simplement : merci !

Jean (jackisbackagain) 15/07/2014 14:33

Merci beaucoup Jeanne pour ce merci qui me fait énormément plaisir. Il me reste à découvrir les cinq romans que tu as déjà publiés et à te suivre dans ceux qui ne manqueront pas de sortir. Quelle belle initiative tu as eue de m'envoyer tes "girls". Amitiés.

Satrape 14/07/2014 05:33

Rien que le titre m'intriguait, mais alors ta chronique a fini de me convaincre !

Jean (jackisbackagain) 14/07/2014 14:55

Je dis "tant mieux". l'objectif d'un blogueur est aussi de suggérer des romans, même si un avis reste toujours subjectif. Amitiés.

Vincent 12/07/2014 19:06

Eh bien, je n'y couperai pas. Après l'avis de Pierre, tu viens te rajouter au concert de louanges sur ce bouquin. Il faut me donc ajouter une ligne à ma longue liste...

Jean (jackisbackagain) 13/07/2014 13:55

Mon pote Vincent,
Je n'ai aucun remords à ce que tu ajoutes une ligne à ta liste déjà longue. Aucun. Mets-le même tout en haut de celle-ci. Bises.

La Petite Souris 12/07/2014 18:58

tu as l'art de titiller les papilles littéraires de tes visiteurs ! J'imagine bien que ce roman ne peut pas être comme les autres vu qu'il est commis par Jeanne Desaubry !!! Avec elle c'est l'assurance de sortir des sentiers battus ! Pierre avait été séduit lui aussi ! ;)

Jean (jackisbackagain) 13/07/2014 13:50

Hello Bruno,
Un roman intemporel qui remet au centre des valeurs essentielles et ça, c'est important. Amitiés.

Pierre FAVEROLLE 12/07/2014 17:56

Salut mon ami ça c'est un billet qui me fait énormément plaisir ! Un roman humain, tout simplement.

Jean (jackisbackagain) 13/07/2014 13:47

Salut Pierre,
Tu l'as dit, tout simplement humain et cela fait un bien fou. La bise.