La petite fille du phare - Christophe Ferré (Éditions l'Archipel 2018)

Publié le par Jean Dewilde

 

Qui a kidnappé le bébé ? Le temps d'une soirée dans un pub tout proche de leur villa située sur la côte de granit rose de Ploumanac'h, Morgane et Elouan ont laissé la garde de leur fille de 10 jours, Gaela, à son frère adolescent, Arthur. Mais au retour, un berceau vide les attend. Aucune trace d'effraction, pas de demande de rançon. À la douleur de la disparition, s'ajoute la violence du soupçon de la gendarmerie. Morgane est une mère déjà éprouvée par la perte d'un enfant, Elouan, un père souvent absent...Les pistes se multiplient mais l'enquête n'avance pas. Pourtant, près d'un mois plus tard, le miracle : Gaela est rendue à ses parents. Le soulagement l'emporte sur l'incompréhension. Sauf pour Arthur, convaincu que ce bébé n'est pas sa soeur...

Je lis peu de polars et thrillers psychologiques. J’en ai lu, beaucoup. Les années passant, je suis moins friand du genre. En réalité, je suis souvent déçu par le dénouement sans l’avoir nécessairement vu venir pour autant.

Christophe Ferré est un auteur connu et reconnu. Pour ma part, je le découvre avec ce titre et je n’ai pas été enthousiasmé. Ceci dit, j’ai lu les 450 pages du livre en trois jours. C’est plutôt bien écrit, la lecture est facile, sans aspérité, les chapitres sont courts et le lecteur n’est jamais sans repère.

Mais c’est où que ça coince ? Un bébé enlevé et qui réapparaît un mois après sauf que ce n’est pas le même bébé, c’est étrange. Enfin, il n’y a qu’Arthur, le frère du nourrisson kidnappé qui l’affirme haut et fort : « ce n’est pas ma petite sœur ». Une joggeuse a trouvé un bébé abandonné sur la plage et l’a ramené. Elle a frappé à la porte, a remis le petit à la mère, Morgane et s’en est allée sans que celle-ci lui pose la moindre question. Ce n’est plus de la fiction, c’est de la science-fiction. Le premier coup de fil de Morgane ne sera pas pour son mari, j’aurais trouvé cela normal mais pour le juge chargé de l’enquête au terme d’un dialogue que je vous laisse apprécier :

« - Allo, c’est Morgane Kergoat.

   - Je sais, votre numéro s’est affiché. Que se passe-t-il ?

   - Mon bébé est revenu… »

   - Je ne peux pas vous croire, articula le juge.

   - Elle est revenue !

   - Mais comment ?

-   Tout à l’heure, après le déjeuner, une joggeuse a frappé à la porte.

-   Ah bon ? C’était qui ?

-   Pas la moindre idée. Elle tenait Gaela dans ses bras. 

-   En êtes-vous certaine ?

Morgane n’écoutait pas.

-   Elle m’a dit : « Je me demande si je n’ai pas retrouvé votre bébé. »

-   Comment savait-elle que c’était le vôtre ?

-   Vous n’êtes pas au courant ? Tout le monde a entendu parler de l’enlèvement ! Elle avait vu la photo dans le journal !

Vous imaginez facilement qu’après cette passe d’armes, la crédibilité du récit est passée au second rang de mes priorités. Restent les personnages, caricatures troubles et ambigües et la splendeur des paysages de la côte d’Armor, surnommée la côte de granit rose. Mais cela ne sauve pas cette petite fille du phare du naufrage. Dommage.

 

 

La petite fille du phare

Christophe Ferré

Éditions l’Archipel (octobre 2018)

Publié dans polars français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article