Qaraqosh – Maurice Gouiran – Éditions Jigal 2019

Publié le par Jean Dewilde

 

Quelle histoire, mais quelle histoire ! Comme de tradition, Maurice Gouiran revisite l’Histoire en plongeant son lecteur dans des épisodes peu, pas ou  méconnus. En filigrane, il nous mitonne une intrigue criminelle qui ne livrera ses secrets que dans les toutes dernières pages. Syrie, Iraq, Prague, Londres, telles sont les destinations low cost proposées dans Qaraqosh avec Marseille comme port d’attache, cela va de soi.

Tout commence à La Varune, là où se retire le journaliste d’investigation Clovis Narigou quand il ne parcourt pas le monde pour réaliser ses reportages. La Varune, c’est un coin retiré, dans les collines du Rove, proches de Marseille. Clovis y possède un élevage de chèvres. Endroit quasi sacré auquel il limite un strict accès. Il n’y vit pas seul. Milou, retraité grognon et rouspéteur qui s’occupe des chèvres lorsque Clovis s’absente, sa femme Olga, ancienne prostituée que Milou a arrachée à son souteneur après que ce dernier l’a marquée de la croix des vaches avant de la vitrioler. Et Tine, garante de la cuisine traditionnelle. Tous trois ne sont plus de première jeunesse mais ils comptent parmi les amis de Clovis.

Tout commence donc ce 27 octobre à la Varune quand le petit-fils de Tine, affublé du sobriquet avantageux de Frise-Poulet, déboule au volant de sa 205 cabossée et au tuyau d’échappement percé. Le problème, c’est qu’il n’est pas seul. Il est accompagné de Mikki, la quarantaine, un gars ténébreux, osseux et tatoué qui fait immédiatement mauvaise impression tant à Milou qu’à Clovis. A ranger dans la catégorie les emmerdements arrivent. Mikki affirme avoir combattu en Irak au sein d’une milice chrétienne dénommée Qaraqosh contre l’État islamique et avoir été la cible de deux barbus depuis son retour en France. Il craint pour sa vie. Vrai ? Faux ? Clovis n’a pas le temps de vérifier ou de tenter de vérifier les assertions du Mikki, il part à Prague le lendemain réaliser un reportage sur  une importante collection de bouquins traitant des sciences occultes ayant appartenu à Himmler. Le sujet le passionne d’autant que cette collection vient tout juste d’être mise au jour.

Pendant ce temps, au SRPJ, les lieutenants Emma Govgaline (compagne de Clovis) et Sami Atallah enquêtent sur deux cadavres découverts à deux jours d’intervalle ; deux hommes exécutés chacun de deux balles dans la tête. L’enquête déterminera assez rapidement que les victimes, William Majastre, trente-neuf ans et André Baren, quarante-deux ans, aimaient proposer leurs services un peu partout sur la planète, là où les conflits armés leur permettaient d’afficher leur testostérone et de ressentir des montées d’adrénaline. Souvent mercenaires, les deux comparses combattaient bénévolement en Iraq contre l’État islamique au sein de la milice chrétienne Qaraqosh. Est-ce pour cette raison que l’on a voulu les faire taire ? Ont-ils vu des choses qu’ils n’auraient pas dû voir et qu’ils auraient été susceptibles de dévoiler au grand jour ? Une enquête que les policiers croyaient pouvoir boucler rapidement mais qui va rapidement s’enliser.

Clovis est arrivé à Prague. Il sait que la milice Qaraqosh a été créée dans la capitale tchèque et il compte bien profiter de son séjour pour en apprendre un peu plus sur cette organisation et ses membres. C’est ainsi que de manière tout à fait officieuse, il participe à l’enquête officielle menée en France.

Avec Maurice Gouiran on apprend ou on réapprend et on comprend car il fait les liens entre les événements. A titre d’exemple, Clovis découvre de la bouche du conservateur chargé d’inventorier cette fameuse collection qu’Himmler était persuadé que les procès en sorcellerie qui abondaient au Moyen-âge ne visaient qu’à éradiquer la race allemande. Il cherchait dans les vieux manuscrits la preuve que l’Église était à l’origine de ce vaste complot. De même, il était convaincu qu’un de ses ancêtres avait péri sur le bûcher. Himmler veut assouvir sa soif de vengeance mais le régime nazi doit composer avec son allié italien, Mussolini, le Duce, fervent catholique et défenseur de l’Église. Intéressant, non ?

Pendant ce temps, l’enquête en France ne progresse pas vraiment. Mikki est interrogé inlassablement par les enquêteurs du SRPJ avant d’être confié au capitaine Nedelec de l’anti-terrorisme. A charge pour ce dernier de vérifier si Mikki a combattu CONTRE et non POUR l’État islamique. Effectivement, à moins d’être un expert en géopolitique et encore, il est compliqué, doux euphémisme, de voir clair dans les forces combattant en Syrie et en Iraq. État islamique, forces gouvernementales, milices pro-ceci, anti-cela, Kurdes, chrétiens, musulmans sunnites ou chiites, Peshmergas et pêches Melba et j’en oublie…

Si je devais qualifier Maurice Gouiran, j’utiliserais le mot artisan. On a beau connaître la recette, on en connaît les ingrédients mais lui seul est capable de faire prendre la mayonnaise  avec une aisance qui m’étonne à chaque fois. Par les thématiques qu’il propose, toujours intéressantes voire inédites parce que puisées dans les tréfonds de l’Histoire, il s’adresse à un lectorat curieux d’apprendre en l’initiant à des faits et des événements historiquement avérés jamais évoqués sur les bancs du lycée.

A soixante-treize ans, l’auteur affiche toujours ce même enthousiasme, cette même conviction, cette même fraîcheur aussi. Un esprit curieux de tout et toujours en éveil, à l’affût des vérités tronquées, falsifiées ou accommodées. Dans le même temps, il nous invite à toujours faire preuve de sens critique.

Quatrième de couverture

Ce qui est sûr, c’est que Clovis ne voit pas arriver ce Mikki d’un très bon œil… D’une part, parce que cet escogriffe pas très clair se dit menacé et cherche une planque du côté de la Varune, d’autre part, parce qu’il arrive d’Irak où il prétend avoir combattu au sein d’une milice chrétienne nommée Qaraqosh. Et puis Clovis n’a pas de temps à perdre : il doit partir le surlendemain pour un reportage à Prague où l’on vient de retrouver la bibliothèque d’Himmler consacrée à l’ésotérisme et à la sorcellerie. Coïncidence ou opportunité, c’est justement à Prague que la milice Qaraqosh a été créée. De leur côté, Emma et le SRPJ se retrouvent à enquêter sur deux meurtres commis dans la région, sur le même modus operandi. Les deux victimes s’avèrent également avoir été membres de Qaraqosh. Y aurait-il un lien avec ce fameux Mikki ? Entre les investigations de Clovis à Prague et celles d’Emma partie en urgence à Londres, le fil de la vérité semble se dénouer… Mais tous deux sont bien loin de se douter de la tournure que va prendre cette affaire !

 

Qaraqosh

Maurice Gouiran

Éditions Jigal (mai 2019)

Publié dans polars français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article