Ad vitam aeternam - Thierry Jonquet

Publié le par chaton

41WTT56AHCL._SL500_AA300_monsieur-propre-1.jpg

 

 

La couverture est moche, très moche. On dirait un proche parent de Monsieur Propre. Je m’étais dit que j’en comprendrais le choix après avoir lu le livre mais non.

 

Dans le style rigoureux à l’extrême qui est le mien, je vous livre le résumé, en réalité, la quatrième de couverture.

 

Anabel a vingt cinq ans. Elle travaille dans une boutique où l'on pratique le piercing, ainsi que d'autres techniques d'implants corporels beaucoup plus hard. Elle se lie d'amitié avec Monsieur Jacob, un étrange propriétaire de magasin de pompes funèbres. Au même moment, un vieillard nommé Ruderi va être libéré de prison après quarante années de détention. La fillette qu'il a mutilée est devenue une femme qui, clouée sur son fauteuil roulant, ne rêve que de vengeance. Elle fait appel à un tueur professionnel, Oleg, pour le pister dès sa libération. Oleg va découvrir le lien étrange qui unit Ruderi et Monsieur Jacob, un secret très lourd, insensé, qui est le grand personnage de cette histoire, ainsi que la Mort, dont la vitalité est à toute épreuve.

 

J’aime énormément et vous aussi très certainement « …La mort dont la vitalité est à toute épreuve ». Epatant, à conseiller au clergé dans le cadre d’oraisons funèbres.

 

Moi qui n’y connais rien en piercings et tatouages, à part les quelques décalcomanies indolores de ma prime jeunesse, j’ai trouvé chez Anabel une merveilleuse initiatrice.

 

J’ai donc appris ce qu’était dans le jargon, après vérification dans Wikipédia, ce qui suit : « la apadravya,  comme le ampallang , est un perçage qui traverse le gland. Tandis que la ampallang traverse horizontalement le gland, la apadravya traverse verticalement le gland de haut en bas, presque toujours placé au centre et passant par l' urètre . Décentrées apadravyas sont également possibles, dans lequel le perçage est délibérément décalé, mais en général passe encore à travers l'urètre. Le piercing se fait souvent sur un angle légèrement vers l'avant au niveau des hanches ».

 

Pour satisfaire votre curiosité que je devine insatiable, j’ai pris au hasard sur un forum l’avis d’un heureux percé : « Le mien ne passe pas l’urètre il est juste au dessus.
Pour la douleur, c'est assez douloureux, à mes yeux c'est le plus douloureux que j'ai fait. C'est douloureux et long à percer en plus.
Pour ce qui est du fait d'être circoncis je ne pourrais pas te répondre, mon anatomie fait que sans l'être mon gland est à "l'air ».
 Si non je te conseille ce piercing il est vraiment sympa. Tant esthétique que pratique ».

 

A mon sens, ça doit faire mal, très mal. Le percé comblé ne dit-il pas : « pour la douleur, c’est assez douloureux, à mes yeux, c’est le plus douloureux que j’ai fait. C’est douloureux et long à percer en plus.

 

Pour ce qui est des prix, ne me demandez rien, de grâce ! Pour vivre heureux, vivons émasculés, telle est devenue ma devise.

 

Cela, c’était pour la mise en bouche. Thierry Jonquet nous campe des personnages formidables, des personnages hors normes, extrêmes hormis Anabel, jeune femme ordinaire, marquée par la prison et surtout par la mort de son truand de petit ami. Par sa banalité, elle donne énormément de relief aux autres figures du roman.

 

Le secret qui lie Monsieur Jacob au taulard Ruderi est le nœud de l’intrigue, ou plutôt le thème essentiel du roman. Mais je ne peux vous en dire plus, sous peine de vous dévoiler trop d’éléments. Car l’une des forces de l’auteur est de nous amener petit à petit, très doucement et à son rythme à ce qu’il veut réellement nous faire partager.

 

Il n’est pas nécessaire de le dire mais je le dis quand même : l’écriture de Thierry Jonquet est un régal, la langue française est d’une beauté et d’une richesse incroyables quand elle est maniée avec une telle maîtrise et un tel talent.

Cela fait un bien fou.

 

Après « Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte » et « Mygale », je poursuis ma découverte d’un auteur qui, selon moi, est un tout grand écrivain.

 

 

Ad vitam aeternam

Thierry Jonquet

Collection Points

350 pages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Le noir français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Du grand Jonquet, comme la plupart de ses romans. A lire ou à relire ad vitam aeternam...
Répondre
V
J'avais zappé ce billet au moment ou tu l'as sorti. Peut-être suis-je passé rapidement car j'ai confondu avec une pub pour détergent ménager... En tout cas, d'après ce que tu en dis, ça a l'air<br /> assez sévère... Les piercings et mutilations de toutes sortes, ce n'est pas trop mon truc... Et, en tant que belge, ne te laisse surtout pas tenter par le "Prince Albert", ce doit être assez<br /> inconfortable...<br /> Mes amitiés mon cher Jean.
Répondre
L
Mon dieu mais quelle horreur !!!!! faut être barge pour se faire transpercer comme ca !! tu as reussi avec ta definition du apadrazvya à me faire ressentir un certain malaise et à me faire serrer<br /> les jambes sur ma chaise !!! ^^ Pour le reste nous sommes d'accord, Joncquet c'est un grand, un très grand !
Répondre
B
Merci de cette chronique, Jean. Voici un troisième roman que sur ton avis, je vais me procurer, car j'ai lu les deux autres que tu cites. Jonquet est(était)un auteur fabuleux avec un univers tout à<br /> fait particulier. Et il reste plein d'autres titres à découvrir ..
Répondre
J
Carine,<br /> <br /> D'abord, je suis très heureux et ravi, vraiment, que tu aimes le ton de mes chroniques. Et si elles te font du bien, c'est très chouette. C'est aussi très agréable que des ami(e)s laissent un<br /> commentaire sur mon blog. Bon anniversaire - 19 ans - ça compte ! Deux bises aussi. Jean. Pour ma prochaine chronique, je vais avoir du mal à glisser une note humoristique, te voilà prévenue. Jean.
Répondre
C
Coucou Foumette, mon amie des champs et mon amie tout court,<br /> Je te remercie beaucoup pour ton intervention sur mon blog, cela me fait beaucoup de bien ! La bise, tiens, allez, deux, voilà ! Jean
Répondre
C
Jean mais ça n'est pas possible !!!! Qu'est-ce que tu me fais rire ... Les titres dont tu parles, je les mémorise de suite, tellement je me régale à la lecture de tes chroniques, et surtout elles<br /> me marquent chacune à leur manière ... mais à tous les coups ! Tu es incroyable et qu'est-ce que tu me fais du bien avec ton humour ... merci beaucoup à toi mon cher ami ... La bise sur les deux<br /> joues ! ^_^
Répondre
F
Je suis conquise depuis un bon moment par cet auteur que j'adore lire!!!! Ce petit est dans ma pal...hâte de le lire!!! Merci de cette tentation...je ne parle pas du piercing hein...mais bien du<br /> livre!!!! La bise mon ami des villes!!!
Répondre