Requins d'eau douce de Heinrich Steinfest

Publié le par jackisbackagain

requins d'eau douce de Heinrich Steinfest

 

Ne me regardez pas comme cela, de ce regard torve plein d’incrédulité, moqueur, confinant à l’insolence !  

 

Oui, Heinrich Steinfest est né en Australie (1961), d’origine autrichienne mais vivant à Stuttgart. Et alors ?

 

Le bonhomme a déjà été quatre fois lauréat du prix du roman policier allemand Je sais d’avance ce que vous allez me dire, Vous vous dites bêtement, « pas compliqué, il est le seul ! ».

 

Bien que je ne connaisse rien du polar allemand, je vous signale que la Revue Alibi – saison 2 – Printemps 2012 que j’ai achetée à La Rochelle consacrait une page à nos amis d’Outre-Rhin. Toutefois, aucune trace ou particule d’Heinrich Steinfest. Unglaublich ! Incroyable !

 

Tout d’abord, je remercie La petite souris qui m’a fait découvrir cet auteur.

 

« Requins d’eau douce » est un polar suave, que l’on savoure, on se lèche les doigts à chaque page et pas seulement pour les tourner.

 

C’est quoi, l’intrigue ? Je vous entends tous brailler à l’unisson.

Le cadavre d’un homme flotte dans une piscine sut le toit d’un immeuble viennois. Il lui manque une jambe, il a été déchiqueté par un requin…Pas de trace de requin, juste une prothèse auditive récupérée au fond de l’eau.

Cela vous embouche un coin ? Je comprends, je comprends. Et qui va mener l’enquête ? L’inspecteur Richard Lukastik, qui d’autre ? Il faut être vachement fêlé de la cafetière pour accepter ce qui pourrait ressembler à une coquetterie estudiantine. Mais n’ayez crainte. L’inspecteur Lukastik est givré à point.

 

Drôle de personnage, en effet. Il dîne tous les soirs d’une ou de deux assiettes de soupe chez ses parents, il n’écrase jamais ses cigarettes, tout ce qu’il prend, il le prend avec la main gauche, il est pourtant droitier. Il a couché avec sa sœur quand ils avaient tous deux dans la petite vingtaine. Et il se fout éperdument des convenances, de ses rapports avec autrui et bien entendu de sa hiérarchie.

 

Circonstance aggravante, il ne se promène jamais sans sa bible, Le tractatus logico-philosophicus de Ludwig Wittgenstein, petit opus de 70 pages qui se glisse très aisément dans n’importe quelle poche.

 

L’inspecteur Lukastik me fait irrésistiblement penser au film « Les vacances de M. Hulot » de l’immense Jacques Tati. Qu’ai-je ri !

 

Ce roman atypique bénéficie d’une traduction impeccable, bravo à la traductrice, Corinna Gepner. Absurde, décalé, surréaliste, déjanté définissent le mieux l’ambiance et les personnages.

 

La lecture de « Requins d’eau douce » est idéale entre deux romans très noirs, un digestif de haute volée.

Vous l’aurez compris : ce polar n’est pas destiné aux fans inconditionnels de frissons, de suspens insoutenable et de corps d’enfants paraplégiques torturés et violés par une horde de huns, l’écume à la bouche et le sexe dressé tel une hampe sans drapeau. Mais il est délicieusement bon de changer de registre.

 

Merci Monsieur Heinrich Steinfest !

 

Après avoir lu le livre, j’ai été me balader pour sonder les critiques. Et je n’aurai pas l’audace de vous dire qu’elles sont unanimement bonnes. Qu’à cela ne tienne, j’ai passé un excellent moment et j’en redemande.

 

 

 

Requins d’eau douce

Folio policier (Gallimard)

419 pages

Publié dans polars allemands

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
O
"Requins d'eau douce de" has indeed grabbed the attention of many of the critics as a good book. I too have read it and found it highly illuminating. But I have to tell you that it is high time that a kindle version has been released.
Répondre
J
Many thanks, Outlook help now. I would like to know who you really are. Who hides behind "Outlook help now" ?
F
J'ai compris: ce livre est pour moi.
Tout sauf un cours de Police 101 ou de Torture pour les nuls.
Merci
Répondre
C
Je ne sais pas si je lirais ce livre mais j'ai pris énormément de plaisir à lire ta chronique, j'adore ton style, Jean !
Répondre
P
Salut Jean, je le note, j'étais passé à travers celui là ! ou bien j'en avais noté un autre ? Merci du conseil !
Répondre
F
Il donne envie ce livre et cela grâce à ton engouement et à ta verve légendaire!!!! Je le note donc...mais pour plus tard!!!Je croule sous les livres et mon temps s'écoule si vite!!!!
Répondre
L
voilà une magnifique chronique mon ami !!! garde ce ton ! je l'adore !
Répondre
Y
Steinfest est vraiment une plume originale dans le monde du polar. Un auteur amusant et intelligent. Le dernier de ses romans paru en France, Le onzième pion, confirme tout son talent.
Répondre
B
Un policier qui sort des sentiers battus ... certainement une expérience attrayante ... une chronique en tout cas qui me donne envie !
Répondre