Sur ta tombe - Ken Bruen

Publié le par Jean Dewilde

Sur ta tombe - Ken Bruen

Une enquête de Jack Taylor

Le vent serait-il en train de tourner ? Jack aurait-il fait son temps ? Il est vrai qu’avec sa manie de perdre un petit morceau de corps à chaque enquête, il lui devient difficile de se mouvoir dans ce Galway qu’il vénère et abhorre en même temps. Une patte folle, un tympan percé, deux doigts en main, il ne bondit pas hors de son lit dès potron-minet, un sourire béat barrant son visage. Sans compter mais tout fan de Jack le sait que le Jameson et la Guiness ne sont jamais bien loin.

Dans cette énième enquête, Jack va tomber sur de vrais dingues, des déracinés du ciboulot, des lobotomisés du bulbe qui se sont donnés pour mission de purifier la ville ; en d’autres termes, buter les paumés, les trisomiques, les poivrots et autres sous-catégories du genre humain. Jack n’a aucun mal à se glisser dans l’une ou l’autre catégorie. Une cible de choix.

Suis-je fatigué de suivre Jack dans ces tribulations embrumées ? N’est-il pas temps pour lui et par corollaire pour nous de jeter un coup d’œil moins sévère, voire bienveillant sur cette Irlande qui, de toute façon, ne correspond plus à l’image qu’il nous en donne ? Car, à force de nihilisme et d’absolue conviction que tout va mal et de mal en pis, à force d’affronter les pires parias et prédateurs que la terre puisse compter, à essayer de nous faire croire que l’Irlande réunit à elle seule le concentré de toutes les crapules de la croûte terrestre, Jack se perd et me (nous) perd.

La nostalgie du temps passé, je n’ai rien contre et les valeurs qui vont avec, non plus. Mais cette nostalgie ne doit pas empêcher d’aller de l’avant, de se tourner avec un peu de foi vers un avenir dont les facettes ne sont pas toutes noires d’encre sous peine de sombrer dans un immobilisme inhibant.

Rien de neuf donc dans « Sur ta tombe ». La désagréable impression qu’on prend les mêmes et qu’on recommence. L’intrigue, très violente, est aussi ténue que du papier à cigarette et aussi crédible que si je vous annonçais que Jack est en couple avec le père Malachy. C’est dire.

Beaucoup d’entre vous le savent, je suis un inconditionnel de Ken Bruen et de Jack Taylor, d’où le nom de mon blog. Que vous soyez accroc à Jack ou que vous envisagiez de faire sa connaissance au travers de cet opus, je vous implore : passez votre chemin.

« Delirium Tremens » et « Toxic Blues » sont les deux piliers fondateurs des aventures de Jack suivis dans le désordre de pépites telles que « Le Dramaturge », « Le martyr des Magdalènes », « La main droite du diable » et autres « Chemins de croix »…

Pars en vacances, Jack, pourquoi pas à la retraite, prends tes bouquins et ta veste de Garda à laquelle tu tiens tant, tu nous a beaucoup donné. Sláinte !

Sur ta tombe

Titre original: Headstone

Ken Bruen Fayard (octobre 2013)

Traduit de l’anglais (Irlande) par Catherine Cheval et Marie Ploux

308 pages

Publié dans Le noir irlandais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Eh bien mon bon Jean, te voilà en désamour avec Jack? Il fallait bien que ça arrive... Mon chemin avec lui s'est pour le moment arrêté au &quot;Dramaturge&quot;. Je compte bien poursuivre un peu en sa compagnie, mais je suivrai ton conseil et ne m'infligerai pas le pensum que représente ce dernier ouvrage. <br /> A ta santé mon ami... Toujours un plaisir de te lire...<br /> Slaint
Répondre