Roma Enigma de Gilda Piersanti

Publié le par jackisbackagain

9782847421552.gif

 

 

 

 

Roma Enigma de Gilda Piersanti

 

L’auteur en quelques lignes.

 

Née en 1957 en Italie, Gilda Piersanti habite à Paris depuis vingt ans.

Après des études de lettres classiques (lycée Virgilio, Rome), elle obtient un doctorat en Philosophie à l' Université La Sapienza de Rome avec une thèse sur l'esthétique de Baudelaire.

Elle exerce l'activité de critique littéraire, traduit des œuvres de la littérature française et est commissaire pour deux expositions concernant Constantin Guys et Charles Meryon, deux artistes que Baudelaire chérissait.

Elle se consacre exclusivement à l'écriture depuis 1995.

Je vous renseigne également le lien vers le site officiel de Gilda Piersanti :

http://gildapiersanti.free.fr/index.php

 

Pourquoi j’ai lu Roma Enigma 

Voici deux ans, un très bon ami m’offrait ce livre pour mon anniversaire.

Bien rangé dans ma bibliothèque, il n’attirait que très rarement mon regard.

Et puis, allez savoir pourquoi, je jette mon dévolu sur l’ouvrage sans mobile apparent. A ce stade, vous vous foutez éperdument de ce que j’ai écrit plus haut.

Et je ne peux vous donner tort.

 

Avec Roma Enigma, l’auteur signe le deuxième ouvrage du deuxième volet de ses « Saisons meurtrières », après Vengeances romaines.

 

Le premier volet étant constitué de Rouge Abattoir, Vert Palatino, Bleu Catacombes et Jaune Caravage.  Vous vous y retrouvez ? C’est bien !

 

Dans Roma Enigma, on retrouve les protagonistes habituels et familiers aux lecteurs assidus de Piersanti - dont je ne fais pas partie : l’inspecteur Mariella De Luca, sa coéquipière Silvia Di Santo et le commissaire D’Innocenzo, pour ne citer que les principaux.

 

L’intrigue

 

La Garbatella, à Rome, un soir calme de printemps. Sur le seuil de la pâtisserie la plus réputée du quartier, une jeune étudiante s’effondre…Tuée par balle.

Un meurtre inexplicable : pas d’arme du crime, aucun suspect, rien dans le passé de la victime qui permette de suivre la moindre piste. Un meurtre sans mobile. Un meurtre parfait ?

 

L’inspecteur Mariella De Luca fait montre d’une ténacité et d’un entêtement qui vont rapidement irriter et taper sur les nerfs de ses collègues. Difficile effectivement d’adhérer à sa thèse, selon laquelle la localisation de deux choux à la crème et de leur emballage, achetés quelques instants avant le meurtre, fournirait l’identité de l’assassin.

 

Qu’en pense-je ?

 

Gilda Piersanti ne renouvelle pas le genre mais nous offre un polar très bien écrit, sans longueur aucune, un découpage savamment équilibré en vingt-neuf chapitres. Un polar réjouissant, un trou normand entre deux lectures noires, très noires, une bouffée d’oxygène. Et moi, j’aime bien respirer de temps en temps !

 

Je l’ai dit, Roma Enigma est le deuxième ouvrage du deuxième volet de ses « Saisons meurtrières », après Vengeances romaines, l’auteur choisissant pour chaque enquête une saison différente et un lieu distinct de la ville éternelle.

 

Je vous rassure immédiatement : point n’est besoin d’avoir lu les polars dans l’ordre pour lire et aimer Roma Enigma.

 

 

Roma Enigma

Gilda Piersanti

Le Passage Polar (2010)

216 pages

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans polars italiens

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jackisbackagain 01/05/2012 15:03

Honneur à dame Foumette: toi qui aimes les grands frissons et la vitesse supersonique des polars, je ne suis pas certain que Roma Enigma soit taillé sur mesure pour toi. Encore que tu aimerais
bien, j'en suis sûr.
La petite Souris: tu peux franchement en prendre un au choix et au hasard. C'est frais, c'est bien ficelé et comme je l'ai écrit, une bouffée d'oxygène entre deux lectures plus sombres.

Foumette 29/04/2012 13:19

Quel plaisir de te lire...tu me tentes bien! Ma seule question: Est-ce que le rythme est rapide ou très lent?? Car, comme tu le sais, Foumette aime les rythmes rapides...à du 100 à l'heure!!!

La petite souris 28/04/2012 08:12

j'ai deux trois bouquins de cet auteur, mais j'avoue très humblement que pour le moment, le seul auteur italien que j'ai lu jusqu'ici c'est Massimo Carlotto ( Que je te recommande d'ailleurs!)Par
contre les bouquins de ces cycles se lisent ils indépendamment ou faut il les prendre dans l'ordre de parution? Amitiés

Pierre faverolle 27/04/2012 14:31

Salut Jean, comme d'habitude, un article clair, bien écrit et rigoureux. Je vais passer pour ce livre là mais je relirai avec grand plaisir tes chroniques. A + mon ami